Extrait - Ressources bibliographiques - Ressources Web

Darknet chapitre 5- Les crypto monnaies


    Plus anciennes et plus connues des crypto monnaies, les Bitcoins ne laissent pas indifférents et la toile fourmille de débats et commentaires enflammés à leur sujet. Pour certains, nombreux, les Bitcoins « c’est le mal ! » Selon les versions, c’est la monnaie des trafiquants de drogue sur Internet, une arnaque à base de pyramides de Ponzi ou encore un risque économique potentiel majeur. Pour d’autres au contraire, c’est un outil de libération du « joug » des institutions financières et étatiques ou encore une « révolution » si profonde qu’il y aura dans l’histoire un avant et un après Bitcoin.
[...]
    Nous allons voir dans ce chapitre ce que sont réellement les crypto monnaies. Nous montrerons comment elles marchent concrètement au quotidien et en expliquerons les principes essentiels. Nous nous concentrerons essentiellement sur les Bitcoins, qui représentent l’immense majorité des transactions, mais évoquerons également les autres crypto monnaies en cours de développement.
[...]

1.1 Comment se procurer des Bitcoins ?

    De même qu’il vous faut ouvrir un compte auprès de votre banque, vous devrez « ouvrir un compte, » c’est-à-dire obtenir une adresse Bitcoin.
[...]

Les portefeuilles locaux

    Au lieu de confier son précieux pécule à un site dont il est difficile d’apprécier réellement la fiabilité, on peut décider de conserver soi-même son portefeuille sur son propre ordinateur. Il existe pléthore d’applications de gestion de portefeuilles Bitcoins et ceci pour tous les systèmes, que ce soit Linux, Windows ou Mac OS, voire Android ou iOS .
[...]
    Le choix est vaste, aussi bien sur ordinateur que sur tablette et smartphone. On va utiliser MultiBit dans la suite du texte, car il est léger et simple. Il souffre de certaines limitations et ce n’est probablement pas le plus sûr, mais, à moins d’avoir à gérer des sommes importantes, il est tout à fait suffisant.
    MultiBit s’installe comme n’importe quelle application usuelle. Au lancement, on dispose d’un portefeuille qui, naturellement, est vide (figure 1.2). Au cours de son initialisation, MultiBit a créé une clé privée qui lui a permis de générer une première adresse, que l’on trouve dans l’onglet Requête. Grâce à elle, on est maintenant prêts  à recevoir des Bitcoins.
    L’adresse (1KfkzWyayGJbMMnZaPJ1tbGkPNQWxGXUhb) est longue et difficile à manipuler. Pour en faciliter l’usage, les portefeuilles intègrent tous des outils simples pour copier et coller. On peut voir également un QR Code à droite de l’écran. C’est une pratique générale que de représenter les adresses à l’aide de ces codes graphiques. Cela permet d’en user facilement avec les appareils mobiles. On a alors une forme particulière de paiement sans contact.

Multibit

[...]

5.2 Chaîne de blocs et nouveaux usages

    Quiconque s’intéresse de près aux Bitcoins sait que si révolution il doit y avoir, elle ne s’appuiera pas sur la dimension financière, mais plus probablement sur cette fascinante innovation qu’est la chaîne de blocs. Cette technologie permet identification et authentification sans qu’il y ait nécessité d’un tiers de confiance.
    Les smart contracts (contrats intelligents) sont parfois présentés comme étant la killer-app des Bitcoins. Ce sont simplement des logiciels qui permettent de valider et exécuter un contrat. Ils ont été proposés par Nick Szabo (que beaucoup soupçonnent d’être Nakamoto) dès 1994, mais il a fallu attendre l’arrivée des Bitcoins pour que les outils logiciels nécessaires soient disponibles. On peut prendre comme exemple le simple l’achat de matériel en ligne. Dans ce cas, le smart contract pourrait vérifier auprès du transporteur que la livraison a eu lieu et a bien été acceptée avant de libérer le paiement.
    De manière générale, une partie significative des accords qui nécessitent un juriste ou un notaire pourrait se faire désormais sans intermédiaire. Vous pouvez par exemple confier votre testament à un tel système. Il sera authentifié, impossible à modifier et pourra vérifier de lui-même la nécessité de sa mise en œuvre en s’assurant que vous êtes bien décédé. De même, la propriété pourrait relever de la chaîne de blocs. Si vous louez un équipement quelconque, le propriétaire pourra faire en sorte que vous y accédiez grâce à un smart contract, lequel pourra de lui-même bloquer les accès une fois la location terminée. Des initiatives importantes ont été prises dans ce domaine. Ethereum propose une nouvelle crypto monnaie, mais, surtout, cherche à faire en sorte d’élargir l’usage de cette technologie notamment aux smart contracts. Ripple, pour prendre un autre acteur important, est dans une logique similaire.
    Parmi les premières applications nouvelles, on a proposé la Preuve d’existence (proofofexistence.com), qui permet de certifier que l’on détient un document à une date donnée. Des sites comme Factom vont bien au-delà et proposent d’identifier et stocker tout document : « Factom utilise la technologie des Bitcoins pour changer la façon dont les entreprises gèrent leurs données et en conservent les enregistrements. » (factom.org).
    Autre exemple, Counterparty ne se limite pas à l’échange monétaire : « À la différence des Bitcoins ordinaires, nos jetons peuvent être utilisés pour distribuer des dividendes, conférer des droits de vote, comme tickets électroniques, comme moyen d’accès à du contenu, et plus encore. » (counterparty.io).
    Namecoin (namecoin.info) propose de son côté un substitut à l’ ICANN (le service de gestion des noms de domaines) en gérant des domaines en .bit identifiés grâce à une chaîne de blocs. Ce système complique fortement la censure.
    De manière générale, tous les systèmes d’authentification qui nécessitent actuellement une autorité de confiance pourraient avoir une déclinaison sous cette forme nouvelle, des droits de vote à la certification d’œuvres d’art en passant par les titres de propriété. Le gouvernement du Honduras étudie actuellement la possibilité de gérer son cadastre avec une chaîne de blocs.
    Les usages restent à inventer, mais il est certain que cette nouvelle technologie est potentiellement porteuse de très nombreuses évolutions, dont certaines d’importance. C’est d’abord là que se situe l’éventuelle révolution Bitcoin à venir.

Ressources bibliographiques


ANTONOPOULOS , A. M. (2015). Mastering Bitcoin. O’Reilly.
DIMON , J. (2014). Letter to Shareholders. JP Morgan Chase.
FIÉVET , C. (2014). Comprendre Bitcoin et les crypto-monnaies alternatives. Librinova.
KOSHY , P., KOSHY , D. et M C DANIEL , P. An Analysis of Anonymity in Bitcoin Using P2P Network Traffic. In CHRISTIN , N. et SAFAVI -NAINI , R., éditeurs : Financial Cryptography and Data Security, volume 8437 de Lecture Notes in Computer Science, pages 469–485. Springer Berlin Heidelberg.
MINISTÈRE DES FINANCES (2014). L’encadrement des monnaies virtuelles. Ministère des finances.
PAGLIERY , J. (2014). Bitcoin and the Future of Money. Triumph Books.
REID , F. et HARRIGAN , M. (2013). An Analysis of Anonymity in the Bitcoin System. In ALTSHULER , Y., ELOVICI , Y., CREMERS , A. B., AHARONY , N. et PENTLAND , A., éditeurs : Security and Privacy in Social Networks, pages 197–223. Springer New York.
GOLDMAN SACHS, (2014). All About Bitcoin. Top of Mind, (21).
THOMPSON , J. (2013). Bitcoin: A Total Explanation. Thompson, Joel.

Ressources web


Blockchain.info
Ripple
L'affaire MtGox
Bitcoin Core
MultiBit
bitaddress.org
bitcoinpaperwallet.com
Chronocoin
casascius.com
VirWox.com
Les commerces acceptant les Bitcoins
Blockexplorer.com
bitcoinwatch.com
Les 500 premiers super-ordinateurs
L'empreinte carbone des Bitcoins
Les confessions d'un mineur de Bitcoins
Un pool de mineurs (Gash)
Darkwallet
bitcoinhelp.net
Litecoins
Dash
Peercoin
Nxt
BlackCoin
BitShares
Smart contracts
ethereum.org
proofofexistence.com
Factom
Counterparty
Namecoin
Le Honduras veut utiliser la chaîne de blocs pour son cadastre

Date de dernière mise à jourMars 10, 2016